Nos séminaires bimensuels (2023/2024)

_________________________________________________________________________________

Inclusion numérique des seniors : une étude mixte des déterminants psychosociaux et des effets des dispositifs d’accompagnement

Alyse Yilmaz, doctorante 71ème/16ème

Notre recherche doctorale porte sur l’inclusion numérique des personnes âgées. Nous nous intéressons aux déterminants psychosociaux de leur engagement dans les usages numériques et aux effets des dispositifs d’accompagnement sur leur appropriation des technologies. 

Pour ce faire, nous avons entrepris une recherche mixte sur un dispositif d’accompagnement et de formation aux usages numériques pour seniors à Metz. Nous avons suivi six sessions d’accompagnement composés de six séances chacune, en croisant questionnaires, observations et entretiens. Cette triangulation des données vise à saisir les évolutions des participants en termes de compétences, de sentiment d’efficacité, de motivation et d’usages, ainsi que des bénéfices tirés des usages dans leur vie quotidienne. 

Nous présenterons nos premiers résultats quantitatifs et qualitatifs, pour discuter des conditions info-communicationnelles et organisationnalles d’efficacité des dispositifs d’accompagnement auprès des seniors. Notre recherche entend ainsi contribuer à une compréhension des enjeux psychosociaux de l’inclusion numérique au prisme du vieillissement, dans une perspective de participation sociale.

Mercredi 10 avril 2024, 10h30-12h00

_________________________________________________________________________________

L’exploration des mécanismes cognitifs humains pour informer le développement des systèmes de questions-réponses. Une approche interdisciplinaire intégrant la psychologie cognitive et l’apprentissage automatique.

Sarah BOUSLAMA doctorante 27ème

Mon sujet de recherche vise à explorer les mécanismes cognitifs humains pour éclairer le développement de systèmes de questions-réponses (Q&R), en adoptant une approche interdisciplinaire combinant la psychologie cognitive et l’apprentissage automatique. La psychologie cognitive fournit des insights sur les processus mentaux impliqués dans la compréhension du langage et la génération de réponses, tandis que l’apprentissage automatique offre des outils pour modéliser et automatiser ces processus cognitifs. Cette approche interdisciplinaire permet d’aborder de manière holistique les défis complexes liés à la création de systèmes de Q&R intelligents et adaptatifs, ouvrant ainsi la voie à des avancées significatives dans le domaine de l’intelligence artificielle conversationnelle.

Mercredi 20 mars 2024, 11h30-12h00

_________________________________________________________________________________

WicriExplore : Sur un réseau de bibliothèques hypertextes, un atelier flexible pour l’exploration de corpus en sciences humaines et expérimentales

Jacques DUCLOY, chercheur émérite 27ème

Le projet Wicri/Explore associe deux approches technologiques : les wikis sémantiques et l’ingénierie XML pour l’exploration de corpus. Du côté des wikis sémantiques, dans une première phase nous avons structuré des ensembles de publications scientifiques (exemple CIDE ou H2PTM) sur une base encyclopédique « sémantisée » (entre 2008 et 2012). Il s’agissait plutôt de communisation scientifique à des fins d’intelligence scientifique. Plus récemment nous avons travaillé sur l’édition de textes anciens et d’éditions critiques pour montrer comment un wiki sémantique pouvait devenir la paillasse d’un chercheur en sciences humaines (avec la Chanson de Roland).

Du côté de l’ingénierie XML, nous disposons d’une bibliothèque de composants XML pour réaliser des serveurs d’exploration qui associent des systèmes assez classiques de recherche d’information avec des mécanismes de classification. Cette application, connue avec le nom Dilib, est déjà ancienne et a été utilisée de 1990 à 2005 pour des bases bibliographique. Nous avions rencontré de multiples difficultés avec les interfaces opérationnelles. Grâce au programme ISTEX nous avons porté cette application, en résolvant de nombreux problèmes, sur les wikis sémantiques avec la prise en compte de documents en texte intégral (entre 2012 et 2020). La crise du Covid nous a amené, en 2021, à développer une application rapide pour l’exploration de corpus en médecine. Faute d’expertise en santé et face à des difficultés institutionnelles, nous avons mis cet axe en repos depuis 2022 (au bénéfice de la Chanson de Roland).

L’explosion de la thématique « intelligence artificielle » nous amène à relancer l’activité d’exploration intelligente de corpus notamment sur une nouvelle thématique : l’histoire de l’information scientifique et technique (qui inclue une partie des SIC). Ici nous allons pouvoir associer des rééditions de documents complexes avec des exploration de corpus.

Les besoins de constituer de vastes réservoirs de données scientifiques (et culturelles) contrôlées et structurées redonnent également un dynamisme sur des réflexions de recréer des bases de références bibliographiques dans des réseaux de sites. Une idée est par exemple de constituer de travailler sur des domaines précis en s’appuyant sur les bases Francis ou Pascal maintenant en accès libre avec un encodage TEI.

Plus de 150 corpus ont été explorés dans le contexte ISTEX. Nous donnerons des exemples montrant un besoin impératif de curation de données où les wikis peuvent jouer un rôle essentiel dans les actions de curation.

Mercredi 20 mars 2024, 10h30-11h30

_________________________________________________________________________________

Machine / individu : L’esthétique de l’imperfection et de la Transiterritorialité dans l’art digital actuel

Salma Bahlaouane doctorante 71ème

L’objectif principal de cette recherche doctorale est d’étudier comment comprendre les interactions entre espace urbain, individu et technologie à partir d’un dispositif en recherche création et en méthodologie visuelle, envisagé à l’aide des notions d´imperfection et de Transiterritorialité, à partir d’une étude de terrain menée à la ville de Casablanca.

À ce propos, Le concept de machine adopte autant une signification concrète que nous étudierons dans l’espace public, par la notion de Transiterritorialité, qu’une visée plus métaphorique en tant qu’elle symbolise l’ensemble constitué par la société de dispositifs de contrôle des individus que nous questionnerons par les effets de ces dysfonctionnements.

Le concept de « l’imperfection » ici s’associe à une approche esthétique engendrée par divers actes de désapprobation, de résistance et de dissidence émanant d’une multitude de subjectivités, tant dans son environnement physique incarné par le territoire géographique qu’il habite, qu’au sein de son environnement virtuel, un espace fragmenté entre réseaux sociaux, métavers et autres espaces d’échange et de discussion en ligne. Cette résistance d’une multiplicité hétérogène de subjectivités abîme, interroge toute forme d’ordre idéalisé par les agents de contrôle, en libérant dans sa fuite une énergie inattendue, délocalisée et imparfaite, mais d’une valeur esthétique incontestablement sublime.

Mercredi 31 janvier 2024, 11h30-12h00

_________________________________________________________________________________

Unveiling Heritage Narratives: Immersive Communication in the Digital Era via a Tea Metaverse Digitalized Model

Xiaorong Chen doctorante 71ème

Context:

In the dynamic era of AI, a UNESCO Naples Meeting call underscores the imperative to amplify synergy among World Heritage formats. The convergence of tangible and intangible heritage is central to UNESCO’s focus, necessitating the evolution of international legal instruments. Immersive education and digitization offer a transformative communication approach, bridging static historical facts to vibrant elements. This shift aims to deepen connections to daily life, reshaping contemporary perceptions of heritage value for a more meaningful inheritance.

Abstract:

This thesis investigates immersive UNESCO World Heritage communication in the digital era, utilizing a Tea Metaverse Digitalized Model. It explores nuanced connections between tangible and intangible heritage elements, showcasing the local culture, challenges, and global evolution of tea traditions. Employing cutting-edge digital techniques, the study propels heritage preservation and communication understanding to new heights, contributing to the broader discourse on immersive experiences within UNESCO World Heritage. As the project progresses, refinement and clarification will enhance the understanding of profound relationships in heritage preservation and communication.

Problematic:

The proposed model seeks to provide a normative, comprehensive immersive learning experience for the global public, fostering sensory memories and consensus. Envisioning future exploration in virtual spaces, the study aims for a more integrated and comprehensive inheritance of world heritage, exploring innovative modes of transmission.

Mercredi 31 janvier 2024, 11h00-11h30

_________________________________________________________________________________

Post-esthétique des Imaginations artificielles génératives (Phénoménologie et ontologie des images produites par IA.)

Philippe Boisnard, doctorant 71ème

Baudrillard, dans Simulacre et simulation analysant en quel sens nous sommes «  dans le désert du réel  », à savoir un réel qui serait effacé au profit de ses représentations, exprime en premier lieu de quelle manière nos sociétés seraient des lieux de l’hyper-production de l’image. Lorsqu’il écrit cela, en 1981, nous n’en sommes qu’au commencement, celui du règne de la télévision. Mais déjà, comme Cronenberg avec son Videodrome (1983) semble l’annoncer en écho de McLuhan, la simulation produite par la technique effacera la possibilité de distinguer réel et fiction. « Nous ne sommes plus dans la société du spectacle, dont parlaient les situationnistes, ni dans le type d’aliénation et de répression spécifiques qu’elle impliquait. Le medium lui-même n’est plus saisissable en tant que tel, et la confusion du medium et du message (Mac Luhan) est la première
grande formule de cette ère nouvelle  ». Baudrillard en arrivait ainsi au concept d’hyperréel.

Mercredi 31 janvier 2024, 10h30-11h00

_________________________________________________________________________________

Visualisation et cartographie de la biopiraterie autour des médecines traditionnelles

Luis Torres-Yepez, Doctorant 71

Le terme biopiraterie commence à s’utiliser en 2001 par l’organisation RAFI, qui devient « ETC Group » :

« La biopiraterie est l’appropriation – en général par des droits de propriété intellectuelle – de ressources génétiques, de connaissances et de cultures traditionnelles appartenant à des peuples ou des communautés paysannes qui ont développé et amélioré ces ressources. La biopiraterie inclut la bioprospection, les brevets sur le vivant (gènes, et molécules) et la commercialisation des connaissances culturelles ».

Dans l’espace numérique, nous retrouvons de multiples acteurs qui se mobilisent d’une part pour informer sur les pratiques de la biopiraterie et d’autre part pour rendre plus visible les mouvements contestataires militants contre cette pratique.

Dans notre projet, nous considérons les données numériques portant sur ce phénomène comme une source d’informations importantes sur le sujet de la biopiraterie du patrimoine culturel immatériel en général et des médecines traditionnelles en particulier. Ainsi nous nous intéressons, entre autres, au développement des méthodes numériques et à l’analyse et à la visualisation de données pour de meilleures compréhensions et maîtrises de ce phénomène et de son évolution.

Mercredi 17 janvier 2024, 10h30-12h00

_________________________________________________________________________________

L’image de soi numérique : une composante interrogeant le concept d’identité ?

Manon Micaletti, Doctorante 71

L’objectif de cette présentation est d’exposer l’avancement de la thèse. Nous évoquerons l’évolution du sujet de la thèse, d’abord porté sur le concept d’identité chez les personnes âgées retraitées à l’ère numérique, et à présent centré sur une composante spécifique du concept d’identité : l’image de soi. Il sera ici question de poser la question de l’existence d’une « image de soi numérique ». Nous étudierons les différents éléments de la littérature et les résultats de l’enquête exploratoire menée en 2021 nous ayant amené à formuler notre problématique et hypothèse de recherche.  Enfin, nous proposerons une ébauche de méthodologie qui sera appliquée afin de vérifier notre hypothèse.

Mercredi 20 décembre 2023, 10h30-12h00

_________________________________________________________________________________

Trafic routier et pollution de l’air à Paris : une carte interactive pour visualiser la répartition des émissions de CO2

Youssef Mekouar, Doctorant Informatique/SIC

Dans le contexte des villes intelligentes (Smart City), notre recherche aborde le défi majeur de la gestion durable des émissions de CO2, spécifiquement liées au trafic routier urbain. Les villes intelligentes intègrent des technologies avancées pour améliorer la qualité de vie urbaine, et dans ce cadre, la surveillance des émissions de CO2 est cruciale pour atténuer l’impact environnemental du trafic routier. Notre étude se concentre sur le développement d’un écosystème numérique avancé pour la surveillance et l’analyse des émissions de CO2 à Paris.
Utilisant l’Internet des Objets (IoT) et des techniques de data-analyse sophistiquées, nous collectons et
traitons les données de trafic pour construire un modèle historique et prédictif des émissions de CO2.
Ce modèle s’appuie sur des données en temps réel et historiques, permettant une compréhension approfondie de la dynamique des émissions liées au trafic.
L’application majeure de cette recherche est le développement d’un outil de navigation écologique pour les habitants de Paris. Cette application, basée sur notre modèle de données, propose des itinéraires optimisés qui tiennent compte de la congestion du trafic et des concentrations de CO2.
L’objectif est de minimiser l’exposition des citoyens aux zones à forte émission et de promouvoir des choix de trajets plus respectueux de l’environnement.Ce travail contribue à la littérature sur les smart cities en proposant une méthodologie et une application concrètes pour l’analyse et la gestion des émissions de CO2 urbaines. Il ouvre également la voie à des recherches futures sur l’intégration de technologies IoT et de data-analyse dans la gestion urbaine durable.

Mots-clefs : Internet des Objets (IoT), Villes Intelligentes (Smart City), Environnement, Pollution, CO2, Analyse de Données, Modélisation de Données, Visualisation de Données, Trafic Routier.

Mercredi 15 novembre 2023, 10h30

_________________________________________________________________________________

Itinérance et intermédialité des arts sonore

Philippe Franck, Doctorant SIC

Partant d’une double expérience de commissaire artistique et de créateur sonore, il s’agit d’abord, après avoir rappelé les origines du terme, de s’interroger sur la définition du “sound art” (ou des “arts sonores”, envisagés ici dans leur pluralité évolutive) en l’abordant comme une constellation dynamique plutôt que comme un champ fermé. 

On aura aussi recours aux notions d’itinérance (à distinguer du nomadisme), de dérive (Debord), de parcours et d’intermédialité (mise en évidence des relations intermédiatiques). 

Dans cette perspective ouverte et transversale, différentes entrées (ou genres associés et parfois croisés) des arts sonores et leurs formes principales seront également évoquées.

Mercredi 04 octobre, 10H30-12h00

_________________________________________________________________________________

Nos séminaires bimensuels (2022/2023)

i-REAL

Marc Veyrat, Enseignant-chercheur, SIC

i-REAL[1] est une œuvre d’art qui interroge les langages écrits, oraux et leurs ®-PRÉSENTATIONS visuelles. C’est-à-dire leur potentiel degré d’information par rapport à leur mise en forme. 

Cette œuvre XR (-! Réalités Mixtes !-) hypermédia mixe des environnements en VR déclenchées soit à l’aide de Cartes tangibles posées sur le Plateau de JE(U), soit intangibles à partir d’un téléphone portable. Ces Cartes i-REAL sont i-RÉELISÉES avec le réseau social Instagram[2]  Puis entre/posées sur Pinterest[3] 

Ces Cartes i-REAL déclenchent également un t-O+t-O_portrait,[4] un portrait alphanumérique apparaissant sur l’ANT-i PLATEAU, sous le Plateau de JE(U), ou sur un second téléphone portable. 

Cinq Mondes i-REAL en VR[5] sont actuellement expérimentables. Des indices disséminés sur les cartes, le Plateau de JE(U), les réseaux sociaux et dans les environnements VR peuvent déverrouiller une blockchain et un portefeuille de crypto-monnaie… i-REAL se ramifie ainsi constamment par dissémination sur plusieurs réseaux — sur plusieurs mondes — nous interrogeant sur la pertinence éventuelle d’un maître du JE(U)… C’est en quelque sorte ce que produit l’ANT-i PLATEAU. 

Puisque notre corps est désormais un corps de chair et un corps de data, à cheval entre le monde tangible et les mondes intangibles, l’i+D du gameplay est un produire un environnement XR, mixte entre tangible et intangible, un AMBULO ERGO SUM où un ou plusieurs “pilote[S]“ (-! depuis le Plateau de JE(U) et à l’aide d’un téléphone portable !-) entraine[nt] un passager à une expérience inédite entre des mondes en VR, afin d’interroger leurs propres interrelations, leur dérive entre conscience, visions et actions. Et, enfin, de récolter des indices clefs d’un investissement en crypto-monnaie. En effet, entre blockchain, crypto-monnaies et autres traces numériques laissées sur les réseaux et Internet, nos multimois se dispersent, se disloquent en autant de corps physico-numériques que nous sommes potentiellement capables d’expérimenter à travers nos explorations sensorielles et sensibles.

Une version augmentée du Monde 3 a été imaginée afin d’interroger d’une autre manière cette question de traversée, d’i-MIGRATION à travers une question d’interface miroir. Dans cette mise en scène, le Monde 3 i-REAL “d-E+E-p_d-i+V-E“ expérimenté dans le Casque VR est projeté sur un premier écran intermédiaire entre le fond et le bord de scène : il s’i+M/POSE en Maître du JE(U), en organise apparemment la cadence.

Derrière cet écran, Mr CLEAN (-! Marc Veyrat !-) tente une lecture de Carte i-REAL, qui ouvre le Monde 3 i-REAL “d-E+E-p_d-i+V-E“.   

Le Monde 3 projeté entre alors en conversation avec une création sonore LIVE (-! Paradise Now / Philippe Franck !-), jouée directement sur scène devant l’écran. Cette création sonore est accompagnée / renforcée par le JE(U) chorégraphique d’une danseuse (-! Maud Brethenoud !-) habillée en combinaison ZANTAÏ noire, postée également sur le devant de scène.

Simultanément cette expérimentation dans la VR est ®-LIÉE à la danseuse. via un serveur et en WiFi par le biais de deux téléphones portables fixés sur ses deux bras. Lorsque Mr CLEAN expérimente le Monde 3 i-REAL “d-E+E-p_d-i+V-E“  et tourne la tête à droite ou à gauche dans la VR, des i+M/PULSIONS, des préconisations, sont répercutées sur le bras droit / bras gauche de la danseuse lui suggérant de modifier sa chorégraphie. Si elle peut à priori sembler instrumentalisée par le dispositif, elle reste pourtant LIBRE d’accepter ou non ces propositions. Un duel d’interactions ENTRE [CORPS/MACHINE] se met en place. Car, sollicité par le programme expérimenté en VR le corps n’a ici que son langage corporel pour répondre ou i+M/POSER / exposer une forme de liberté.

Cette chorégraphie de la danseuse est rétro-projetée sur un second écran en fond de scène… Les deux projections se superposent pour les spectateurs / spectatrices qui pourront intervenir, à terme, avec leurs propres téléphones portables pour envoyer également des préconisations à la danseuse.

Partenaires i-REAL : 

Sociétés : 89/92 R&D — Pixelpirate — ato 

Galerie : SP3CE The NFT Gallery

Organismes culturels : Transcultures — Pépinières Européennes de Création — World XR Forum Crans-Montana — KITCH3N Crans-Montana — MOROCCO NUMERICA — ZONE LIBRE Bastia

Laboratoires : LLSETI (USMB) — Laboratoire CiTu Paragraphe (Université Paris 8)

Institutions : Chaire UNESCO / ITEN — FMSH Fondation Maison Sciences de l’Homme Paris — Institut Français


[1] https://i-real.world

[2] https://www.instagram.com/marcveyrat/

[3] https://www.pinterest.fr/marcveyrat1/i-real-e-n-je-u/  

[4] https://pixelpirate.fr/dev/totoportraits/  

[5] Monde ZERØ / Monde 1  / Monde 2 / Monde 3 “d-E+E-p_d-i+V-E“ + IMMERSION 360° / Monde 4 “ALICE“

Mercredi 21 juin, 10h30-12h00

_________________________________________________________________________________

Explorations plastiques sur l’écriture architecturale dans les espaces de la ville connectée

Stanislav Kurakin, Doctorant SIC

Compte tenu de la rigidité de la construction architecturale, il n’est pas évident de reconnaître le caractère mouvant de l’architecture qui est pourtant essentiel à la conception architecturale. La forme finale qui résulte du processus de développement du projet peut ainsi s’apparenter à une captation temporelle figée d’une forme conceptuelle fluctuante de la somme des contraintes du site. Ce processus de captation se complexifie d’avantage lorsque la nature des flux évolue avec la prolifération des échanges numériques. Suivant une logique processuelle de traitement de l’information au moment de la conception nous allons tester, à travers les exemples de plusieurs créations artistiques, les étapes de transformation des données en formes plastiques autonomes qui interrogent la présence du corps dans l’espace des flux numériques et sa capacité d’agir sur la mémoire externe.

Mercredi 21 juin, 10H30-12h00

_________________________________________________________________________________

Développement et usage responsables de l’Intelligence Artificielle

Raja Chatila, Professeur émérite, Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique (ISIR), Université

Les systèmes d’IA modernes, basés sur des techniques d’apprentissage automatique, traitent de très grandes quantités de données pour les classer, détecter des régularités, prédire des résultats et prendre des décisions. Ils sont mis en œuvre dans de nombreuses applications et dans un grand nombre de secteurs, intégrés dans des systèmes tels que des véhicules à conduite automatisée ou utilisés comme tels, par exemple pour la surveillance. 

Cependant ces systèmes d’IA soulèvent des questionnement éthiques et réglementaires. Par exemple, ils sont opaques, sujets aux biais et peuvent produire des réponses erronées, à cause des méthodes mêmes sur lesquelles ils sont basés. Avec le développement de l’IA générative, de nouvelles capacités sont atteintes, et de nouveaux enjeux éthiques sont soulevés. 

Des exigences de transparence, d’explicabilité, de robustesse technique, d’impact sociétal et environnemental sont ainsi essentielles à respecter, mais il est également important que des cadres de gouvernance opérationnels soient élaborés pour que le développement et l’utilisation des systèmes d’IA soient alignés sur les valeurs fondamentales et les droits humains. Le cadre réglementaire proposé par la commission européenne en avril 2021 actuellement en cours de négociation sera analysé dans cette optique. 

Mercredi 14 juin, 10h30-12h00

_________________________________________________________________________________

Conception et validation d’un système ubiquitaire sécurisé dédié à l’amélioration de l’apprentissage actif

Rawya BDIWI, Doctorante, Informatique

Cette thèse s’est articulée autour des concepts de l’informatique ambiante, l’Internet des
objets, la Blockchain, et l’analyse de l’apprentissage qui ont mené à la conception d’un
système ubiquitaire et sécurisé dédié à l’amélioration du processus d’apprentissage
collaboratif. Les travaux de recherche présentés se résument en trois phases.
La première phase concerne la mise en place de la plateforme de l’environnement
d’apprentissage intelligent basé sur des capteurs, des objets connectés disséminés afin d
un ensemble de services éducatifs.
La seconde phase propose un modèle de système distribué basé sur la technologie Blockchain
afin d’instaurer un environnement particulièrement sécurisé suite à la détection des problèmes
de l’architecture centralisée. Cette recherche permet de valider comment assurer à la fois les
mécanismes de sécurité et de fiabilité d’un espace de travail qui ne manque pas
d’hétérogénéité vu le nombre de dispositifs connectés tout en éliminant l’autorité centrale.
troisième phase est basée sur deux recherches au contexte d’aider les tuteurs dans le suivi
des activités d’apprentissage collaboratif. En premier lieu, un système de localisation en
intérieur qui soutient les observations des pratiques d’apprentissage collaboratif a été
proposé. Une nouvelle approche qui a permis de générer des indicateurs pertinents pour
assister les tuteurs dans le suivi des groupes d’apprenants à travers la détermination des
positions de proximité dans l’environnement d’apprentissage intelligent. En second lieu, une
étude de l’analyse de l’apprentissage est menée pour calculer les indicateurs (sociaux,
cognitifs) en utilisant la plateforme distancielle afin d’assurer une meilleure interprétation des
faits d’apprentissage. De l’ensemble de contributions ressortent des résultats prometteurs,
ouvrant la discussion sur de nouvelles perspectives de recherche.

Mercredi 24 mai, 10h30-12h00

_________________________________________________________________________________

Approches atypiques du renseignement : Le cas original du Remote Viewing à l’ère de la société de l’information et de l’IA

MICALETTI Pierre-Michaël, Doctorant

“Le Remote Viewing littéralement vision à distance ou encore intuition dans les pays francophones est un protocole de recherche d’information original et atypique. Dans cette thèse les travaux s’attacheront à explorer cette pratique à l’aide du cadre et des théories des sciences de l’information et de la communication.

Mercredi 24 mai, 10h30-12h00

_________________________________________________________________________________

L’appropriation du patrimoine culturel immatériel par les méthodes numériques.

Visualisation et cartographie de la biopiraterie autour des médecines traditionnelles

Luis Torres-Yepez, Doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication

En 2003, l’UNESCO adopte une Convention portant sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) défini comme les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire (ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés) que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel.
C’est dans ce contexte que nous développons le projet de recherche sur l’appropriation du patrimoine culturel immatériel. Nous portons un intérêt particulier à analyser le cas de la biopiraterie des médecines traditionnelles à l’ère du numérique.

Le terme biopiraterie commence à s’utiliser en 2001 par l’organisation RAFI, qui devient « ETC Group » :

« La biopiraterie est l’appropriation – en général par des droits de propriété intellectuelle – de ressources génétiques, de connaissances et de cultures traditionnelles appartenant à des peuples ou des communautés paysannes qui ont développé et amélioré ces ressources. La biopiraterie inclut la bioprospection, les brevets sur le vivant (gènes, et molécules) et la commercialisation des connaissances culturelles ».

Dans l’espace numérique, nous retrouvons de multiples acteurs qui se mobilisent d’une part pour informer sur les pratiques de la biopiraterie et d’autre part pour rendre plus visible les mouvements contestataires militants contre cette pratique.

Dans notre projet, nous considérons les données numériques portant sur ce phénomène comme une source d’informations importantes sur le sujet de la biopiraterie du patrimoine culturel immatériel en général et des médecines traditionnelles en particulier. Ainsi nous nous intéressons, entre autres, au développement des méthodes numériques et à l’analyse et à la visualisation de données pour de meilleures compréhensions et maîtrises de ce phénomène et de son évolution.

Mercredi 10 mai 2023, 10h30-12h00

_________________________________________________________________________________

Quel dispositif pour une promotion du manuscrit berbère en graphie arabe à l’ère numérique ?

Sabrina Mazigh, Doctorante chercheure en Sciences Sociales et Sciences de l’Information et de la Communication, Membre Junior du PHC Toubkal 2020

A l’ère de la patrimonialisation et de la dématérialisation pour la sauvegarde des richesses patrimoniales et ce pour un épanouissement présent de l’utilisateur mais aussi à celui des générations futures, les expériences et les contenants (dispositifs) se sont diversifiés dans le monde numérique. Dans ce sens, le manuscrit berbère en graphie arabe, – notre cas d’étude et le sujet de notre thèse, – commence à avoir un début de traçabilité notamment dans le monde digital c’est ce qui as pu donner une vie numérique à ce patrimoine culturel grâce à des projets de numérisation comme à titre d’exemple Gallica ou CINUMED (créé par Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence) et bien d’autres. Et également c’est ce qui a accordé une chance de le mettre en valeur.

La promotion ou pourrions-nous dire la médiatisation à l’ère numérique du patrimoine culturel immatériel nécessite des aspects / des contenants / des modèles de diffusion expérientiels divers et ceci dépend du besoin de l’utilisateur et de l’évolution que ce soit des supports, du lieu d’information, des pratiques et des usages.  

Pour faire suite aux anciennes présentations, celle-ci consiste à présenter l’état d’avancement de notre sujet de thèse ainsi qu’expliciter les enjeux permettant d’avoir une expérience patrimoniale enrichissante grâce à un dispositif de communication interactif qui est adapté à faire la promotion du manuscrit berbère en calligraphie arabe. Dans cette perspective, nous allons mettre l’accent lors de cette communication sur les contenants technologiques possibles favorisant à la fois d’enrichir la connaissance de ce patrimoine culturel et de le promouvoir.

Le mercredi 26 avril 2023, 10H30-12H00

_________________________________________________________________________________

Une pensée du contre-espace : cas d’étude à São Paulo

Jordan Fraser Emery, Doctorant, Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche, Art/SIC

À partir d’une enquête de terrain réalisée à São Paulo auprès de l’artiste Branca Gonzaga en face de la Justice Fédérale, je souhaite aborder le concept de contre-espace. L’hypothèse que j’émets au sujet de ce concept au cœur de mon travail de thèse est qu’il est une expérience visuelle et cognitive sur un enchevêtrement d’espaces de subjectivation coprésents. Il serait politique en ce qu’il permet au public présent dans la situation construite par l’artiste de saisir et donc d’interroger le contexte social et sa mise en ordre. Dit autrement, « à quoi l’artiste joue et comment nous fait-elle jouer ? », seraient les questions d’une première interrogation, celle d’un potentiel queer du corps à questionner nos instances d’identifications sociales ; « à quoi l’espace joue t-il ? Le jeu de l’artiste peut-il se jouer de l’espace et des Je(ux) que cette espace tente de conférer à l’artiste et son public  ? Ce contre-jeu peut-il rendre compréhensible le Je(u) social ? » seraient les questions de la seconde interrogation, celle du contre-espace. Je considèrerai en conséquence ma démarche de recherche participante filmée à 360° et la médiatisation de mon corps de chercheur qui en découle.

Le mercredi 12 avril 2023, 10h30-12h00

_________________________________________________________________________________

Impacts motivationnels liés au suivi d’une formation aux TIC et ses conséquences sur l’inclusion numérique de personnes retraitées débutantes

Alyse Yilmaz, Doctorante, SIC

Dans un monde de plus en plus digitalisé, la fracture numérique est un enjeu sociétal crucial qui peut avoir des conséquences délétères sur la vie des individus : limiter l’accès à l’information, à l’éducation, à la participation citoyenne, à l’emploi, à la santé, etc. Ce phénomène peut également entraîner une marginalisation accrue et un isolement social pour les personnes les plus vulnérables. Des études ont montré que les personnes qui ont accès aux technologies et qui ont des compétences numériques adéquates sont plus enclines à participer activement à la société et au monde du travail. Elles sont ainsi en mesure de mieux exploiter les opportunités offertes par le numérique pour leur développement personnel et professionnel. De plus, certaines études menées par la Commission Européenne (European Commission, 2019) révèle en quoi la formation aux compétences numériques peut contribuer à la lutte contre la fracture numérique et à l’inclusion des groupes vulnérables tels que les personnes âgées, les personnes à faible revenu et les personnes ayant des besoins spécifiques. De plus, la motivation dans le contexte de formation est un élément clé pour persévérer dans les apprentissages malgré les difficultés rencontrées et pour atteindre leurs objectifs (Deci et Ryan, 2000). Une étude de Bandura (1986) a montré que la motivation peut agir comme un moteur pour l’action et le développement des compétences. Également la motivation, pour les personnes âgées, semble essentielle pour surmonter les défis de l’âge, les obstacles en vue de profiter des opportunités sociales, économiques, éducative liées aux pratiques numériques.

Les objectifs poursuivis dans ce travail de thèse sont de mettre en lumière les impacts motivationnels de la formation aux TIC et d’analyser l’influence sur l’inclusion de personnes retraitées. Il s’agit de comprendre comment la motivation peut être un facteur clé dans des contextes de formations aux compétences numériques ? Et comment cette dernière peut aider les personnes retraitées à surmonter la fracture numérique en France ? C’est dans ce contexte que s’inscrit cette thèse doctorale, qui vise à explorer la motivation en formation comme levier pour l’inclusion numérique et sociale des publics vulnérables.

Dans le cadre de ce travail de thèse, nous avons mis en place une approche méthodologique mixte qui combine méthodes quantitatives et qualitatives. Les données ont été recueillies à partir de questionnaires liés à la motivation (Fenouillet, Heutte & Vallerand, 2008) et à l’inclusion numérique (Van Deursen & Van Dijk, 2014 ; Van Dijk & Hacker, 2003), de notes de terrain, d’entretiens et d’observations individuelles/groupes. Les variables d’intérêt que nous proposons d’explorer grâce à ce corpus de données sont la motivation ainsi que l’inclusion numérique. Une focale toute particulière sera réalisée sur la présentation des avancées de ce travail méthodologique ainsi que de la structuration d’un plan d’analyse des données en cours d’acheminement.

Le mercredi 1 février 2023, de 10h30 à 12h00

_________________________________________________________________________________

L’émergence des cultures et communautés web3

Matthieu Quiniou, Maitre de conférences, SIC

Les promesses d’usage du web3 mobilisent de nombreux acteurs, des communautés se créent, notamment celle qui s’auto-définit comme DéGen. Génération émergente, contre-culture, mouvement artistique ou nouvelle forme d’identité numérique, les DéGens échappent encore aux discours et catégories socio-anthropologiques. Les sciences de l’information et de la communication, la sociologie des médias et l’ethnographie numérique fournissent des méthodes et outils d’analyse des usages et des codes de ces individus représentatifs de l’hypermodernité et du web3. S’il est difficile, à ce stade, de savoir si le mouvement DéGens n’est qu’un épiphénomène transitoire ou un marqueur emblématique d’une évolution sociétale de fond, les efforts déployés par les DéGens pour construire des modes d’organisation adaptés à leurs pratiques hypermodernes justifient une étude approfondie du fonctionnement de cette communauté d’un nouveau type. Cette recherche en cours vise à documenter et éclairer de manière transdisciplinaire, à travers l’apparition de ces nouveaux acteurs, des questions centrales sur les mutations en cours liées au web3, les changements de paradigmes économiques, sociologiques, axiologiques, identitaires. Ces pratiques numériques actent le hic et nunc d’un monde hybride, le numérique n’est plus le double d’une réalité tangible, il ne reproduit pas le monde, il en devient la matrice, il ouvre sur une vision post schopenhauerienne : d’un « monde comme volonté et représentation », dont il convient de décrypter le mode de développement. 

Le mercredi 18 janvier de 10h30 à 12h00

_________________________________________________________________________________

L’ATTENTE MAGNIFIQUE, les TIC et la médiation numérique muséale au défi de l’attente

Cas M’O, Analyse de la fréquentation physique et de la fréquentation numérique

Cette recherche de thèse traite la problématique de la fréquentation du musée. Elle étudie l’attente physique in situ et l’attente numérique ex situ lors de la réservation en ligne. Elle tente de favoriser l’expérience de la visite grâce à la médiation numérique muséale.

Depuis la recherche initiale, nous nous rappelons les théories de la file d’attente à l’approche mathématique (Erlang, 1909-1920), à  l’approche recherche opérationnelle  (Larson, 1974), la psychologie de la file d’attente (Maister, 1987) et l’étude de terrain de l’exposition Toulouse-Lautrec aux Galeries Nationales du Grand Palais en 1992 (Gottesdiener, et al. 1993). Nous avons également étudié le terrain juste avant la pandémie Covid-19 pour l’initiale de la recherche. 

Les musées ont accéléré la stratégie numérique depuis la pandémie et ont mis en place de nombreuses dispositions sur la toile de l’internet. Après une longue période de fermeture pendant les confinements, lors de la réouverture, le public est avide de la visite in situ. Les fréquentations des musées reprennent progressivement la dynamique grâce au retour  des touristes en masse notamment depuis l ‘été 2022. Nous présentons l’observation de terrain numérique et le terrain physique sur le cas de l’exposition actuelle “ Edvard Munch. Un poème de vie, d’amour et de mort”  au musée d’Orsay.  Nous tendons à comprendre les liens entre les indicateurs de fréquentation des deux terrains.

Le mercredi 07 décembre 2022

_________________________________________________________________________________

La Géopolitique de l’intelligence Artificielle

Ben Ali Chérif, Professeur des Universités, Informatique

Après une course à l’armement nucléaire et à la maitrise de l’espace durant plus un demi-siècle, l’intelligence artificielle est devenue en quelques années le nouvel horizon stratégique pour les grandes puissances qui cherchent à se doter d’une politique en la matière, afin de ne pas sombrer dans l’impuissance. Nous assistons depuis quelques années à un affrontement sino-américain en procédant à de véritables « guerres »,opérées sur différents fronts de la planète par leurs guerriers regroupés sous le nom de GAFAM pour les États-Unis et BHATX pour la Chine. Dans cet exposé, nous verrons les différentes stratégies choisies par les uns et les autres pour imposer au reste de la planète le monde de demain.

Le mercredi 16 novembre 2022, 10h30-12h00

_________________________________________________________________________________

les réflexions sur les humanités numériques

Jacques Ducloy, Chargé de mission, Informatique

Nous avons présenté il y a un an un projet numérique autour de la Chanson de Roland. Nous voulions tester l’intérêt d’une approche hypertexte pour offrir aux philologues une bibliothèque contenant des ensembles de documents hétérogènes tels que manuscrits et éditions critiques. Nous avons ajouté une œuvre musicale, un oratorio profane, à cet ensemble pour donner un éclairage multimédia. Cette action a mis en évidence des problèmes de cohérence sur la simple structuration des manuscrits. Nous avions montré comment la flexibilité (et la puissance structurante) des wikis sémantiques (Semantic MediaWiki) avait permis de résoudre cette première barrière.

Sur cette base, nous avons ajouté des articles de recherche. Ils nous ont amené à intégrer une dizaines de manuscrits (autour de Roland). Ils nous conduisent également à prendre en compte l’ensemble des Chansons de geste qui traitent des légendes de Charlemagne (une trentaine avec pour chacune plusieurs manuscrits).

Nous avons cherché à élargir les usages potentiels avec des situations dont le résultat doit être accessible par un large public, par exemple les élèves du secondaire. Ceci nous amène à compléter les ouvrages par une solide base encyclopédique (et bibliographique).

Enfin, nous cherchons maintenant à aider les choristes qui doivent chanter des vers en vieux français, en comprendre le sens et savoir comment les prononcer. Ceci nous amène à manipuler des glossaires conséquents (des milliers d’entrées pour l’édition critique de Léon Gautier par exemple) et les associer à des dictionnaires de langue actuelle (TLF) ou ancienne (le Gaffiot pour le latin).

Il existe des manuscrits en allemand, en latin et même en islandais (et probablement en espagnol et en arabe).

Grâce à la puissance computationnelle de MediaWiki, nous pouvons mener cette application sans avoir à rédiger une ligne de code informatique (langage C, Python etc), mais par des transactions vis Internet. Autrement dit, un historien ou un philologue formé peut être totalement autonome.

Nous souhaitons ouvrir une discussion sur le déploiement de ce type d’approche dans la communauté universitaire française.

Le mercredi 12 octobre 2022 – 10h30-12h00

_________________________________________________________________________________